Il la repoussa. 2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros. Un r�le, de plus en plus pr�cipit�, lui soulevait les c�tes. Tout de suite, elle dressait son couvert. Quel soulagement! viens! Il fallut abandonner le piano. Au bout de plusieurs minutes, des savates se tra�n�rent, la porte s'entreb�illa, et une religieuse parut. Ce Nazar�en l'attaquait, - et argument plus fort il devait �tre pr�c�d� de la venue d'Elie. Le jardin lui fournissait des l�gumes. Le feu de l'écriture lui redonne goût à la vie et à la création : il poursuit avec deux autres récits, pour réunir en une seule ouvre du Moderne, du Moyen Age et de l'Antiquité . On. Et elle refermait la porte. Les Pharisiens, rest�s sur leur triclinium, se mirent dans une fureur d�moniaque. Bourais leva les bras, il �ternua, rit �norm�ment, une candeur pareille excitait sa joie; et F�licit� n'en comprenait pas le motif, elle qui s'attendait peut-�tre � voir jusqu'au portrait de son neveu, tant son intelligence �tait born�e! Ce qui la d�solait principalement, c'�tait d'abandonner sa chambre, si commode pour le pauvre Loulou! Il leur jeta des pierres. Puis elle resta dans l'auberge, croyant que des inconnus apporteraient une lettre. « Un cœur simple » appartient au recueil Trois contes de Gustave Flaubert (1821-1880), publié en 1877 après une lente gestation de près de 30 ans et présentant trois figures de l’imaginaire religieux. Julien vola, de cette mani�re le h�ron, le milan, la corneille et le vautour. Mais l'�p�e trop lourde lui �chappa des doigts, et en tombant, fr�la le bon seigneur de si pr�s, que sa houppelande en fut coup�e. Elle lui proposa d'aller voir sa s�ur, � Trouville. Il s'engagea dans une troupe d'aventuriers qui passaient. Un billet de la Baronne annon�ait � Mme Aubain que, son mari �tant �lev� � une pr�fecture, ils partaient le soir, et elle la priait d'accepter cet oiseau comme un souvenir et en t�moignage de ses respects. faites-le empailler!". - "Elle" reprenait Mme Aubain, comme se r�veillant. Enfin le vieux moine, au nom de Dieu, de l'honneur et des anc�tres, lui commanda de reprendre ses exercices de gentilhomme. Un claquement de doigts se fit dans la tribune. Leurs yeux se fix�rent l'une sur l'autre, s'emplirent de larmes; enfin la ma�tresse ouvrit ses bras, la servante s'y jeta, et elles s'�treignirent, - satisfaisant leur douleur dans un baiser qui les �galisait. Les questures, les consulats �taient innombrables dans la famille; - et quant � Lucius, maintenant son h�te, on devait le remercier comme vainqueur des Clites et p�re de ce jeune Aulus - qui semblait revenir dans son domaine, puisque l'Orient �tait la patrie des dieux. Il l'embrasse encore une fois; elle disparut dans l'ombre. - "Allons! Donc, sa crainte n'avait pas de cause - et il devait se remettre � chasser. Ce fut un chagrin d�sordonn�. Mme Aubain se r�signa � l'�loignement de son fils parce qu'il �tait indispensable. La t�te entra, - et Manna�i la tenait par les cheveux, au bout de son bras, fier des applaudissements. L'Empereur, pour prix d'un tel service, lui pr�senta dans des corbeilles beaucoup d'argent; Julien n'en voulut pas. Flaubert entreprend la rédaction de ses Trois Contes, composés entre 1875 et 1877, pendant une interruption de Bouvard et Pécuchet, dans un contexte personnel très douloureux. Phanuel passa le long des murs. F�licit� le r�clama pour elle-m�me. Croyant qu'il en d�sirait davantage, il lui offrit, les trois quarts de ses richesses; nouveau refus; puis de partager son royaume; Julien le remercia. Eclatant d'une col�re d�mesur�e, il bondit sur eux, � coups de poignard. Cependant le Jourdain coulait sur la plaine aride. Ensuite, ils sont partis vers la Haute-Galil�e, en annon�ant qu'ils apporteraient une grande nouvelle.". Ne le voyant pas revenir, ils �taient partis de leur ch�teau - et ils marchaient depuis plusieurs ann�es, sur de vagues indications, sans perdre l'espoir. Sous une porti�re en face, un bras nu s'avan�a. Quand le silence fut �tabli, il drapa son manteau, et comme un juge posa des questions. "C'est donc moi!" Les �clats de sa voix bondissaient dans la cour, l'�cho les r�p�tait, les voisins se mettaient � leurs fen�tres, riaient aussi; - et, pour n'�tre pas vu du perroquet, M. Bourais se coulait le long du mur, en dissimulant son profil avec son chapeau, atteignait la rivi�re puis entrait par la porte du jardin, et les regards qu'il envoyait � l'oiseau manquaient de tendresse. Cependant l'air plus ti�de avait fondu le givre, de larges vapeurs flottaient, et le soleil se montra. C'�tait sa m�re - dont le bonnet � longues barbes restait clou� contre le mur. Des mouches bourdonnaient; le Soleil faisait luire la rivi�re, chauffait les ardoises. Peut-�tre qu'il s'�tait promen� aux environs! Les toits de paille, pareils � du velours brun et in�gaux d'�paisseur, r�sistaient aux plus fortes bourrasques. Une troisi�me fois on appela: - "Julien!" la croyait plus jeune, � cause de ses cheveux bruns, dont les bandeaux entouraient sa figure bl�me, marqu�e de petite v�role. Mais la raison et l'instinct de l'honneur l'emp�ch�rent de faillir. Il monta sur les deux genoux toutes les collines ayant une chapelle � leur sommet. Avec quel tremblement elle aida sa m�re � l'habiller. ajout�rent les Pharisiens. moins vite!" Tib�re avait eu raison d'en exiler quatre cents en Sardaigne. L'exaltation du peuple grandit. Il ne se r�voltait pas contre Dieu qui lui avait inflig� cette action, et pourtant se d�sesp�rait de l'avoir pu commettre. Elles �taient vides. Mais ils se f�ch�rent; - car un matin, en rentrant de l'ang�lus, elle le trouva dans sa cuisine, o� il s'�tait introduit, et accommod� une vinaigrette qu'il mangeait tranquillement. Les Bonnes S�urs trouvaient qu'elle �tait affectueuse, mais d�licate. s'�cria El�azar. Julien fut stup�fait, puis accabl� d'une fatigue soudaine et un d�go�t, une tristesse immense, l'envahit. Jonathas, un petit homme libre d'allures et parlant grec, supplia le ma�tre de les honorer d'une visite � J�rusalem. Elie!" Des oppressions, de la toux, une fi�vre continuelle et des marbrures aux pommettes d�celaient quelque affection profonde. Un peu plus tard, elle prit Loulou, et, l'approchant de F�licit�: - "Allons! Mme Aubain y monta, derri�re lui. Les Galil�ens, les pr�tres, les soldats, formaient un cercle par-derri�re, et tous se taisaient, dans l'angoisse de ce qui allait arriver. Du mardi au samedi, veille de la F�te-Dieu, elle toussa fr�quemment. - Jacob s'�puisait � redire qu'il le connaissait! La Simonne l'�pongeait avec un linge, en se disant qu'un jour il lui faudrait passer par l�. Elle y courut. Ils s'abandonn�rent � des projets d'ind�pendance. - Alors elle songea au perroquet. Elle le poursuivait, plus l�g�re qu'un papillon, comme une Psych� curieuse, comme une �me vagabonde et semblait pr�te � s'envoler. De longues goutti�res, figurant des dragons la gueule en bas, crachaient l'eau des pluies vers la citerne; - et, sur le bord des fen�tres, � tous les �tages, dans un pot d'argile peinte, un basilic ou un h�liotrope s'�panouissait. Le p�re et la m�re de Julien habitaient un ch�teau, au milieu des bois, sur la pente d'une colline. A l'int�rieur les ferrures partout reluisaient, des tapisseries dans les chambres d�fendaient du froid, et les armoires regorgeaient de linge, les tonnes de vin s'empilaient dans les celliers, les coffres de ch�ne craquaient sous le poids des sacs d'argent. Rapproche-toi, R�chauffe-moi! Il d�gaina son sabre. Des murmures l'interrompirent. Mais il �tait tout mang� de vermine. - "Mais ton grand-p�re balayait le temple d'Ascalon! [texte �tabli par Peter Michael Wetherill]. Elle les coucha elle-m�me dans son lit, puis ferma la crois�e; ils s'endormirent. Son visage �tait maigre et sa voix aigu�. D'avance, tous les peuples s'agenouillent - et ta domination sera �ternelle, Fils de David". "C'est mon p�re qui a �difi� votre temple!". Ces contes, dans le contexte, font office d'apaisement provisoire pour Flaubert, en lui permettant d'écrire plus facilement et aisément que dans son roman. Ses doigts trop lourds cassaient les fils, elle n'entendait � rien, avait perdu le sommeil, suivant son mot, �tait "min�e". Julien, avec sa chandelle, enflamma un paquet de foug�res au milieu de la cabane. Des hommes avec des torches grimpaient le sentier. Loulou! Tel qu'un squelette, il avait un trou � la place du nez et ses l�vres bleu�tres d�gageaient une haleine �paisse comme un brouillard et naus�abonde. Vaincue par une fascination, elle traversa la foule; - et elle �coutait, une main sur l'�paule de Manna�i, le corps inclin�. Dans cette vidéo, notre professeur de littérature vous présente la fin de la vie de Gustave Flaubert, de 1874 à 1880, avec la publication de La Tentation de Saint Antoine et Les Trois Contes. Un soir d'automne, on s'en retourna par les herbages. tandis que ma fille... Songez donc!". L'écriture de ce recueil correspond à la période de la genèse du roman Bouvard et Pécuchet, qui accapare alors énormément l'écrivain. Extrait texte du document: « TROIS CONTES GuSTAVE FLAUBERT.Recueil de nouvelles, 1877. Antipas attendait les secours des Romains, et Vitelius gouverneur de la Syrie tardant � para�tre, il se rongeait d'inqui�tudes. M. Bourais l'�claira sur le choix d'un coll�ge. - et ne laisse entrer personne! Il se pencha pour �couter; elle avait disparu. Du Camp, Souvenirs littéraires. On fut encore une demi-heure avant d'atteindre Trouville. Deux soldats amen�s en t�moignage pouvaient le dire. Th�odore, la semaine suivante, en obtint des rendez-vous. Puis il s'avan�a dans une avenue de grands arbres, formant avec leurs cimes comme un arc de triomphe, � l'entr�e d'une for�t. Quatre vall�es profondes l'entouraient: deux vers les flancs, une en face, la quatri�me au-del�. Il s'�tait montr� doux. Mais l'impitoyable pens�e obscurcissait la splendeur des tabernacles, le torturait � travers les mac�rations de la p�nitence. Il y avait dans l'int�rieur, un palais orn� de portiques, et couvert d'une terrasse que fermait une balustrade en bois de sycomore, o� des m�ts �taient dispos�s pour tendre un v�larium. En toute saison elle portait un mouchoir d'indienne fix� dans le dos par une �pingle, un bonnet lui cachant les cheveux, des bas gris, un jupon rouge - et par-dessus sa camisole un tablier � bavette, comme les infirmi�res d'h�pital. D�s les premiers beaux jours il s'en allait sur sa mule le long des petits chemins, au bord des bl�s qui verdoyaient, et causait avec les manants, auxquels il donnait des conseils. La moindre �motion l'�nervait. Un seul bruit arrivait maintenant � ses oreilles, la voix du perroquet. Un matin d'hiver, il partit avant le jour, bien �quip�, une arbal�te sur l'�paule et un trousseau de fl�ches � l'ar�on de la selle. F�licit� regrettait son tapage. Pr�s de lui, sur une natte et jambes crois�es, se tenait un enfant tr�s beau, qui souriait toujours. D'une fa�on un peu gauche et cependant gracieuse, il ramait dans l'air pour saisir une tunique, oubli�e sur une escabelle, pr�s de la muraille. Ils �taient blonds - et extraordinaires de longueur � son �ge. Le serpent sifflait, les b�tes puantes bavaient. Résumé. - Mais un c�t� de l'horizon s'�claircit et dans la blancheur du cr�puscule, il aper�ut des lapins sautillant au bord de leurs terriers. Le cerf qui �tait noir et monstrueux de taille portait seize andouillers avec une barbe blanche. L'ab�me le rejetait, les flammes l'�pargnaient. - "Par moments il s'agite, il voudrait fuir, il esp�re une d�livrance. - et, murmurant une sorte de complainte, elle flatta sur l'�chine, celui qui se trouvait le plus pr�s; il fit volte-face, les autres l'imit�rent. il affectait d'en rire. Il �piait le retour de ce mouvement; - et sa respiration devenait plus forte; des flammes s'allumaient dans ses yeux. Ammonius, �l�ve de Philon le Platonicien, les jugeait stupides, et le disait � des Grecs qui se moquaient des oracles. "Rien ne me co�tait! Toutes les figures �taient joyeuses, sous des couronnes de fleurs. Ses gros bras sortaient d'une tunique sans manches, et un bonnet de fourrure ombrageait sa mine, dont la barbe �tait fris�e en anneaux. Fais l'inventaire, Sisenna!". L'automne s'�coula doucement. A l'�glise, elle contemplait toujours le Saint-Esprit, et observa qu'il avait quelque chose du perroquet. toujours!". Il tendait sa main aux cavaliers sur les routes, avec des g�nuflexions s'approchait des moissonneurs, ou restait immobile devant la barri�re des cours; - et son visage �tait si triste que jamais on ne lui refusait l'aum�ne. Mais des formes remu�rent dans l'ombre ind�cise des tombeaux, et il en surgit des hy�nes, tout effar�es, pantelantes. Des coups de cloche la r�veill�rent. Une harpe chanta, et la multitude y r�pondit par des acclamations. Biographie de Gustave Flaubert; Hérodias. F�licit� la sermonnait doucement. demanda le T�trarque. Le mal de Julien, disaient-ils, avait pour cause un vent funeste, ou un d�sir d'amour. C'�tait pour les juifs une idol�trie. Au premier coup des v�pres elle le r�veillait, brossait son pantalon, nouait sa cravate, et se rendait � l'�glise, appuy�e sur son bras dans un orgueil maternel. Elles partaient avec la fl�che du cavalier, renversaient les hommes en les mordant au ventre, se tiraient de l'embarras des rochers, sautaient par-dessus des ab�mes, et pendant tout un jour continuaient dans les plaines leur galop fr�n�tique; un mot les arr�tait. Elles n'�taient pas � lui. Elle leur acheta une couverture, des chemises, un fourneau. Or l'Empereur d'Occitanie ayant triomph� des Musulmans espagnols s'�tait joint par concubinage � la s�ur du Calife de Cordoue; et il en conservait une fille, qu'il avait �lev�e chr�tiennement. Une masse noire fourmillait dans le ravin - et ils hurlaient de temps � autre - "Iaokanann! Ayant donc ferm� la porte, - et sem� sur les marches les miettes d'un g�teau, il se posta devant le trou, une baguette � la main. Il arriva en toilette des dimanches, mal � son aise dans cette atmosph�re lugubre. Julien, d'un revers d'�p�e, lui faucha les deux pattes, et sans le ramasser continua sa route. - "Ah! Il se pr�senta un arc sur l'�paule, un fouet � la main. ", - "Aupr�s du cadavre de leurs m�res les petits enfants se tra�neront sur les cendres. Julien alla chercher sa cruche, et comme il la prenait, il en sortit un ar�me qui dilata son c�ur et ses narines. - "Sans doute", reprit El�azar, "il faut �pouser la femme de son fr�re, mais H�rodias n'�tait pas veuve, et de plus, elle avait un enfant, ce qui constituait l'abomination. Flaubert, Gustave, 1821-1880: Title: Trois contes Contents: Un coeur simple -- La légende de Saint Julien l'Hospitalier -- Hérodias. Dans le fond, s'�talait un lit d'�b�ne, avec des sangles en peau de b�uf. Alors pouss� par un effroi, il prit sa course � travers la campagne, choisit au hasard un sentier et se trouva presque imm�diatement � la porte du ch�teau. A des �poques ind�termin�es Mme Aubain recevait la visite du marquis de Gremanville, un de ses oncles, ruin� par la crapule et vivant � Falaise sur le dernier lopin de ses terres. Ceux qui perchaient sur les arbres, ouvrirent leurs ailes, ceux qui foulaient le sol d�plac�rent leurs membres; et tous l'accompagnaient. Il aimait en sonnant de la trompe � suivre ses chiens qui couraient sur le versant des collines, sautaient les ruisseaux, remontaient vers le bois - et, quand le cerf commen�ait � g�mir sous les morsures, il l'abattait prestement puis se d�lectait � la furie des m�tins qui le d�voraient, coup� en pi�ces sur sa peau fumante. Beaucoup plus tard, par le capitaine de Victor lui-m�me, elle connut les circonstances de sa fin. Les panneaux de la tribune d'or se d�ploy�rent tout � coup, - et � la splendeur des cierges, entre ses esclaves et des festons d'an�mones, H�rodias apparut, - coiff�e d'une mitre assyrienne qu'une mentonni�re attachait � son front. Une autre fois que Mme Lormeau l'aga�ait du bout de son ombrelle, il en happa la virole. C'�tait pour y atteindre que, d�laissant son premier �poux, elle s'�tait jointe � celui-l�, qui l'avait dup�e, pensait-elle. C'�tait du vin. Apr�s les Polonais, ce fut le p�re Colmiche, un vieillard passant pour avoir fait des horreurs en 93. Celle-ci a deux enfants nommés Paul et Virginie. El�azar p�rorait pour se faire �couter. Alors, une faiblesse l'arr�ta - et la mis�re de son enfance, la d�ception du premier amour, le d�part de son neveu, la mort de Virginie, comme les flots d'une mar�e - revinrent � la fois et, lui montant � la gorge, l'�touffaient. Il �coutait attentivement leurs deux r�les presque �gaux - et � mesure qu'ils s'affaiblissaient, un autre tout au loin, les continuait. Fais moudre la farine! Elle �tait v�tue, comme les Romaines, d'une tunique calamistr�e avec un p�plum � glands d'�meraude, et des lani�res bleues enfermaient sa chevelure, trop lourde, sans doute, car de temps � autre, elle y portait la main. - F�licit� se chargea de Virginie, et Paul enfourcha l'�ne de M. Lechaptois, pr�t� sous la condition d'en avoir grand soin. On lui offrit une coupe pleine de vin et d'aromates. Quelquefois, le soleil, traversant les nuages, la for�ait � cligner ses paupi�res, pendant qu'elle regardait les voiles au loin et tout l'horizon, depuis le ch�teau de Tancarville jusqu'aux phares du Havre. L'accablement avait suivi l'espoir. Elle soigna des chol�riques. Si je prenais un bain?". Cependant elle redoutait une aventure funeste. Les fl�ches, avec leurs plumes, se posaient sur les feuilles comme des papillons blancs. Language: French: LoC Class: PQ: Language and Literatures: Romance literatures: French, Italian, Spanish, Portuguese: Subject: Salome (Biblical figure) -- Fiction Subject: French fiction -- 19th century Subject Comme pour la distraire, il reproduisait le tic-tac du tournebroche, l'appel aigu d'un vendeur de poisson, la scie du menuisier qui logeait en face; et, aux coups de la sonnette, imitait Mme Aubain - "F�licit�! Il se fit un grand silence. Tous les conqu�rants avaient �t� ch�ti�s! Et je n'�tais pas dur, au commencement! Viens pr�s de moi!". Il tendit l'oreille et ne distingua que le mugissement des flots. Le dimanche suivant, l'id�e qu'il pourrait la revoir le troubla - elle revint - et chaque dimanche il l'attendait, en �tait importun�, fut pris de haine contre elle, et r�solut de s'en d�faire. D'autres fois une troupe de p�lerins frappait � la porte. Ce fut de cette mani�re, � force de l'entendre, qu'elle apprit le Cat�chisme, son �ducation religieuse ayant �t� n�glig�e dans sa jeunesse - et d�s lors elle imita toutes les pratiques de Virginie, je�nait comme elle, se confessait avec elle. Il attribua cette vision � la fatigue de sa t�te pour avoir trop peu dormi. Antipas baissa la t�te; puis d'un air d'�pouvante: - "Garde-le! Alors Mme Aubain eut une d�faillance; - et le soir tous ses amis, le m�nage Lormeau, Madame Lechaptois, ces demoiselles Rochefeuille, M. de Houppeville et Bourais se pr�sent�rent pour la consoler. Il l'appela et, d�signant les soldats: - "Ils sont les plus forts! - "On ne rel�che pas les b�tes furieuses!" Le L�preux vint s'y chauffer; - et accroupi sur les talons, il tremblait de tous ses membres, s'affaiblissait, ses yeux ne brillaient plus, ses ulc�res coulaient, et, d'une voix presque �teinte, il murmura - "ton lit!". Le soleil faisait briller la pointe des tiares, le pommeau des glaives, chauffait � outrance les dalles, - et des colombes, s'envolant des frises, tournoyaient au-dessus de la cour. Jacob r�pliqua: - "Mais il est venu, Elie!". les enlev�t, les avait emprisonn�es dans cet endroit, sp�cial pour les animaux, en cas de si�ge. On y mangea les plus rares �pices, avec des poules grosses comme des moutons. Puis, sans commandement, ils tourn�rent � droite. Manna�i r�pondit, en indiquant avec son pouce un objet derri�re eux: - "L�! ", Et tous les trois ayant pris la t�te de Iaokanann s'en all�rent du c�t� de la Galil�e.-. Bient�t on distingua le ronflement des ophicl�id�es, les voix claires des enfants, la voix profonde des hommes. Son p�re �tait venu des bords de l'Euphrate, s'offrir au grand H�rode avec cinq cents cavaliers, pour d�fendre les fronti�res orientales. Quelquefois, dans un r�ve, il se voyait comme notre p�re Adam au milieu du paradis, entre toutes les b�tes, - et en allongeant le bras, il les faisait mourir - ou bien, elles d�filaient deux � deux, par rang de taille, depuis les �l�phants et les lions jusqu'aux hermines et aux canards, comme le jour qu'elles entr�rent dans l'arche de No�. Les autres �taient bergers, bandits, conducteurs de caravanes, une horde, tributaire de Juda, depuis le roi David! Beaucoup servaient � se d�fendre des brigands. La Voix grossissait, se d�veloppait roulait avec des d�chirements de tonnerre et l'�cho dans la montagne la r�p�tant, elle foudroyait Machaerous d'�clats multipli�s. Tout � l'heure (elle montrait l'endroit), le p�re et la fille lui �taient apparus l'un aupr�s de l'autre, et ils ne faisaient rien, ils la regardaient. Au mois d'ao�t, son p�re l'emmena au cabotage. Mais le soir, au sortir de l'ang�lus, quand il passait entre les pauvres inclin�s, il puisait dans son escarcelle avec tant de modestie et d'un air si noble que sa m�re comptait bien le voir, par la suite, archev�que. C'�tait le jour, et il reconnut, au-del� des orangers, le fa�te de son palais. Le pr�tre fit d'abord un abr�g� de l'Histoire Sainte. Ses parents l'avaient toujours trait� avec barbarie. Manna�i avait devin� ce qui les occupait. Alors le bateau fut emport� � la d�rive. D'ailleurs, il en fallait contre les Arabes, ou bien tout cela avait appartenu � son p�re, - et au lieu de marcher derri�re le Proconsul, il allait devant � pas rapides. La voile avait tourn�. Puis, elle �tala son entreprise, les clients achet�s, les lettres d�couvertes, des espions � toutes les portes, et comment elle �tait parvenue � s�duire Eutych�s le d�nonciateur.