Jean TARDIEU


Comment ça va sur la terre ? c'est plus ou moins la question que pose Jean Tardieu au début de chaque poème, et la réponse varie, selon qu'on l'envisage sous l'accent grave ou sous l'accent aigu, que l'on se perçoit simple ou double, que l'on est obéi par les mots ou qu'on les laisse parler tout seuls. Faute de parvenir à la stabilité, mieux vaut proclamer avec bonheur que "l'instable est mon repos", et que "toute défaite est mon triomphe". Le tonnerre d'un "fleuve caché" gronde sous nos pas. Quelques lointains roulements annoncent que tout se prépare. Ici est le lieu du "très peu", du "presque rien". Celui qui "voit venir chaque aurore comme une énigme qu'il va falloir résoudre" travaille obscurément dans le chantier de la parole, nostalgique du lieu incorruptible qu'il a peut-être connu dans un autre temps, qu'il cherche sans relâche, et qu'il a oublié.

J-Y.D. 

 

CASCADES DE GÉNITIFS

Copyright © 2017. All Rights Reserved.